La diabolisation est un des éléments centraux de la pseudo-écologie. Il s’agit de désigner un ennemi.

Ce qui la distingue de la critique est l’absence de proportion. Un diable n’est pas juste critiquable, ce qu’il fait est inqualifiable, innommable, tellement indicible qu’on doute de son humanité.